• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La soirée de la remise des trophées

La soirée de la remise des trophées - Michel Charles

Je me rappelle de cela comme si c’était hier.  Nous étions dans une salle de reception Montreal.  Je n’avais que dix ans et mon frère en comptait quatorze.  C’était la fin de la saison du baseball, et ce soir-là était pour célébrer la saison qui venait tout juste de terminer ainsi que les joueurs vedettes et étoiles de l’été.  Après, les prix pour les gagnants du tournoi de la fin de saison avait lieu pour les trois premières places.  On remettait une médaille au bout d’un petit ruban à ces équipes-là.  Par la suite, comme à chaque année, il y avait la remise des trophées réguliers pour tous les joueurs pour les féliciter pour une belle saison.

Mais, en premier, on avait le souper, qui était gratuit.  Il faut dire que c’était assez simple : on avait le choix entre deux hot-dogs, ou un hamburger sur barbecue, un épi de maïs bien grillé, des frites, de la salade de choux et de la salade de macaroni.  Même si c’était très simple, c’était bon et j’appréciais ces soirées-là.

Il faut que je sois honnête avec vous : je ne jouais seulement que parce que mon frère, plus âgé que moi, était très bon.  Je voulais, moi aussi, recevoir des félicitations pour mes talents de lanceur et pour ma vitesse pour faire le tour des buts après avoir frappé la balle au loin dans le champ.  Mais, ce n’était pas le cas.  Je ne frappais que très rarement la balle.  Quand venait le temps de laisser l’autre équipe passer au bâton, je me faisais envoyer tout à fait dans le fonds du champ, car je ne pouvais pas attraper la balle non plus.  Peu importe combien on tentait de me faire progresser en me donnant des conseils et en me faisant pratiquer, je ne pouvais rien faire.  Absolument rien.  Quand je recevais un trophée, j’avoue que je ne me sentais pas comme si je le méritais.

Après seulement trois ans, j’ai abandonné pendant que mon frère a continué.  Les soirées dans les salles de réception à la fin de la saison continuaient à m’émerveiller, mais le sport est devenu, assez rapidement, un passé lointain qui ne me tentait plus du tout.  Avec le temps, j’ai découvert une nouvelle passion : la danse.  C’est là que j’excellais et là où je me sentais à ma place.  Quand je recevais un prix, je me sentais comme si je le méritais, car j’avais travaillé pour le recevoir.

 

The author:

author

Mon travail, étant très prenant et surtout, très stressant, j'aime venir ici pour m'évader. J'aime me détendre en discutant de tout et de rien. Je suis un amateur de chasse et de pêche. Quand je suis sur un lac, je me laisse aller à rêver à tout ce que je vous écrirai en revenant à la maison. Ce blogue est en quelque sorte, une prolongation de mon esprit jusqu'à votre écran. Je souhaite que cela vous plaise !