• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Ma douce Colette

Ma douce Colette - Michel Charles

La santé, c’est important. Il faut avoir une bonne hygiène de vie et prendre soin de soi. Malheureusement, parfois celle-ci est injuste, et quand bien même on fait le nécessaire, le pire nous tombe dessus. Colette en a fait la pénible expérience. Un cancer foudroyant. Les derniers mois avant qu’elle ne s’en aille, elle a quand même eu la force et le courage d’entamer certaines actions en faveur des malades. Des enfants malades.

C’était une femme de bonne famille. Son mariage lui avait été bénéfique, et lorsque son mari avait décidé de la quitter pour une plus jeune, elle avait obtenu gain de cause. Une sacrée fortune, disaient les uns, un heureux bénéfice disaient les autres. Quoiqu’il en soit, elle était riche, et en ce qui me concerne, elle le méritait bien. Je m’excuse d’avance, cela peut sembler déplacé de le dire ainsi, mais à la vue de son histoire et de sa fin, je crois qu’elle a su en faire le meilleur des usages.

C’est vrai, avec l’accord des siens, elle a laissé 80 % de son héritage à une association qui vient en aide aux parents d’enfants malades, et aux enfants malades tout simplement. Pour lui rendre honneur, ladite association a fait faire une impression grand format Montréal avec son visage en tête d’affiche. L’idée était en quelque sorte, de lui rendre hommage, et aussi en profiter pour alerter les gens de son existence et peut-être même, les aiguiller vers la prise de conscience pour faire un don.

J’ai entendu dire que c’était du profit, et que les responsables s’en servaient pour obtenir de l’argent. Peut-on vraiment les blâmer, alors qu’ils n’ont comme seul désir que de rendre la vie moins douloureuse à ses gens, enfants qui sont dans le besoin ? Il est d’autant plus scandaleux que les médias s’en mêlent, et reflètent une bien mauvaise image de ses organismes qui donnent avant de recevoir. C’est mon petit coup de gueule du moment. Pour une femme, une femme pas comme les autres, qui n’a eu de cesse que d’aimer son prochain.

La vie me paraît bien plus amère maintenant. J’avoue que sa perte a été un véritable traumatisme pour moi. Il faut dire que voir une proche s’éteindre, ce n’est jamais rien. Je me souviens de la dernière chose qu’elle m’ait dite et que j’aimerais vous partager, comme une preuve de sa grande sagesse : « N’oublie jamais de dire à ceux que tu aimes, que tu les aimes. On ne sait jamais ce qu’il peut t’arriver ». Mes chers amis, mes chères amies, je vous aime.

 

The author:

author

Mon travail, étant très prenant et surtout, très stressant, j'aime venir ici pour m'évader. J'aime me détendre en discutant de tout et de rien. Je suis un amateur de chasse et de pêche. Quand je suis sur un lac, je me laisse aller à rêver à tout ce que je vous écrirai en revenant à la maison. Ce blogue est en quelque sorte, une prolongation de mon esprit jusqu'à votre écran. Je souhaite que cela vous plaise !