• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un imposteur repenti

Un imposteur repenti - Michel Charles

J’ai un ami qui m’a avoué récemment être un imposteur. Cela fait des années qu’il mentirait à mon entourage et il ne le supporte plus. Comment sortir de cet enfer ? Et s’il se montrait sous son vrai visage ? Pourtant, rien ne l’y oblige, mais cela devient trop lourd à porter. Il dit que de plus en plus, il songe à dire enfin la vérité.

Il s’appelle Frédéric, et voilà son histoire. La première fois qu’il aurait menti, il avait 12 ans. Il était un enfant timide et souffrait de solitude. Ses parents étaient divorcés et il vivait chez ma mère qui travaillait dur pour le nourrir. Il enviait ses camarades de classe qui parlaient de leur père avec admiration. Le sien était parti. Alors il s’en inventait un.

Il était beau et fort. Courageux et intelligent. Il lui ressemblait.

Ils allaient à la pêche ensemble tous les dimanches matin pendant que sa mère préparait le dîner. Il ne loupait jamais ses matchs de hockey et le soutenait s’il faiblissait. Quand il avait de piètres bulletins scolaires, il restait bienveillant et indulgent. Il ne le punissait jamais. Il était son héros, son idole.

Ce ne fut là, que le début d’une longue série de mensonges. De l’obtention de son baccalauréat à sa ceinture noire de karaté, de ses nombreuses conquêtes à ses records en natation, de ses connaissances en histoire de l’art à ses compétences en psychologie humaine, rien n'était vrai. Il me disait qu’il avait besoin d’être un autre. Il se nourrissait de ses fantasmes pour exister. Car sa vie n’avait pas de sens. Alors il la sublimait. Et on le croyait.

Le mensonge le plus fou et le plus improbable qu’il ait raconté, fut son appartenance aux renseignements généraux. Il travaillait pour l’État et l’on l’appelait en mission au bout du monde pour infiltrer des individus ou faire la courrier montreal de documents classés "secret défense". Cela lui demandait beaucoup d’efforts pour rendre ces faits « véridiques ». Mais plus il avançait dans mes propos, plus il finissait par y croire lui-même. C’était comme une drogue. Et grâce à ça, il devenait quelqu’un.

Et n’allez pas imaginer qu’il était mythomane. Car à la différence de ces menteurs-là, il avait conscience de ses affabulations. Il essayait juste de se faire remarquer. Non pas pour ce qui il était, mais pour ce qu’il semblait être.

Là où ses histoires rocambolesques furent un vrai problème, c’est quand il l’a rencontré. Elle…

Elle est tombée amoureuse de lui au moment même où ils se sont croisés. C’est en tout cas ce qu’elle lui a confié, plus tard, entre deux baisers. Il était invité à une soirée caritative où tout le gratin montréalais venait se montrer et faire des ronds de jambe aux mécènes fortunés. Il s’ennuyait à mourir, son verre de champagne à la main, quand il l’aurait vu arriver. Grande et terriblement belle, elle lui faisait l’effet d’une star de cinéma. Il n’était d’ailleurs pas le seul à l’avoir remarquée. Tous les regards se tournaient vers elle. Mais c’est à lui qu’elle se serait adressée. Ils ont bavardé de longues minutes jusqu’à ce qu’elle lui demande quel était son métier. Ce jour-là, il disait être chercheur au CNRS. Ça l’a fortement impressionnée. Mais instantanément, au moment même où les mots sont sortis de sa bouche, il a tout de suite compris que là, il s’aventurait sur un terrain glissant et qu’il ne pourrait plus s’en échapper. L’erreur était commise. Il devait assumer.

Voilà six mois qu’ils sont ensemble. Elle ne lui pose jamais de questions sur ses activités professionnelles. Ils vivent leur bonheur au jour le jour, et même s’il leur arrive de penser à leur avenir, ils essayent de ne pas aller trop vite.

Mais là, il est fatigué de mentir. Il faut que ça s’arrête.

Il brûle d’envie de lui dire la vérité, mais il a tellement peur de la perdre. Comment va-t-elle réagir ? Aura-t-elle encore confiance en lui quand elle saura ? Il en doute. Mais il croit qu’il doit se dévoiler s’il veut partager sa vie avec elle. Et si un jour, ils avaient des enfants…

Donc, il y a une semaine, il s’est décidé à lui parler. Bizarrement, elle l’a écouté sans bouger, ni sourciller. Il m’a dit qu’à ce moment, il se sentait terriblement honteux, mais qu’il n’a pas flanché. À la fin de ses confessions, comme il allait la prendre dans ses bras pour lui demander de lui pardonner, elle l’a repoussé, puis l’a giflé violemment. Elle a ensuite quitté la maison.

Il croyait que c’était la fin, qu’il n’allait plus jamais la revoir, mais il se trompait.

Un mois est passé. Il était désespéré. Il pensait à elle tous les jours. Il l’a appelé au moins cent fois. Elle n’a jamais décroché son téléphone. Un matin, alors qu’il tentait une fois de plus d’aborder sa journée avec philosophie, quelqu’un a frappé à sa porte. Il est allé ouvrir.

C’était elle. Elle lui souriait. Depuis, il dit qu’il n’a plus jamais menti.

 

The author:

author

Mon travail, étant très prenant et surtout, très stressant, j'aime venir ici pour m'évader. J'aime me détendre en discutant de tout et de rien. Je suis un amateur de chasse et de pêche. Quand je suis sur un lac, je me laisse aller à rêver à tout ce que je vous écrirai en revenant à la maison. Ce blogue est en quelque sorte, une prolongation de mon esprit jusqu'à votre écran. Je souhaite que cela vous plaise !