• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une drôle de connaissance

Une drôle de connaissance - Michel Charles

N’avez-vous jamais eu l’impression de n’être à votre place, lorsqu’un de vos amis que vous connaissez depuis longtemps, vous propose de faire la connaissance de quelqu’un qu’il connaît, et que vous ne connaissez pas du tout. Il y a une sorte de gêne inexplicable qui augmente parfois, lorsqu’il y a une sorte d’insistance à vouloir absolument faire que l’on s’entende absolument, alors que l’on ne se connaît même pas. Ce même ami me jurait un jour, que la personne qu’il m’avait fait rencontrer serait heureuse de me revoir. Il m’emmenait chez elle un soir pour un souper. C’est à ce moment-là que je devinais qu’elle ne m’attendait pas du tout. Je me demandais fortement à quoi jouait mon ami, et je n’appréciais pas trop de servir de chaperon, pour ne pas dire autre chose. Lorsqu’elle passa dans la cuisine pour nous ramener de quoi boire, je me levais pour regarder ce qu’elle avait comme bouquin dans sa bibliothèque. Apparemment, elle devait être très préoccupée de sa personne. Entre les bouquins de sophrologie moderne, de Pilate et de thérapie diverse, il n’y en avait un qui attirait particulièrement mon attention. Comment effacer les tâches solaires. Je ne savais pas avant de l’avoir lu que cela était possible.

Je me rassoyais lorsqu’elle revenait avec quelques verres, et quelques petits trucs à manger. Ce n’était pas vraiment elle qui m’intéressait ce soir-là. C’était de regarder le jeu de mon ami que je croyais connaître. Je ne le savais pas capable de porter autant de casquettes. Il paraissait très à l’aise avec une dame qui sortait certainement de la haute société anglaise. Quand il venait chez moi, c’était plutôt genre pizza et bière. Je les laissais discuter en faisant semblant de m’intéresser à leurs discussions. Au bout d’un moment, la dame lança un sujet pour lequel j’avais beaucoup d’affinités et certainement beaucoup plus de connaissances que la plupart. Je me lançais vivement à mon tour dans la discussion. Je ne sais pourquoi, il me fallait absolument donner tous mes avis et toutes mes appréhensions sur la chose. Je devenais un moulin à paroles pendant à peu près une demi-heure ne laissant aucune place possible à la répartie d’aucuns des deux. Lorsque je me rendais compte que j’avais monopolisé toute la discussion et que c’était mon ami, maintenant, qui était dans la gêne, je décidais de m’arrêter. La dame me demanda de continuer. Mes connaissances lui paraissaient particulièrement intéressantes. Je faisais signe mon ami que je n’y étais pour rien. Eh oui ! C’est comme ça !

 

The author:

author

Mon travail, étant très prenant et surtout, très stressant, j'aime venir ici pour m'évader. J'aime me détendre en discutant de tout et de rien. Je suis un amateur de chasse et de pêche. Quand je suis sur un lac, je me laisse aller à rêver à tout ce que je vous écrirai en revenant à la maison. Ce blogue est en quelque sorte, une prolongation de mon esprit jusqu'à votre écran. Je souhaite que cela vous plaise !